Drone : Définition

 Amateur ou Professionnel le drone est un véhicule aérien sans pilote (UAV) qui a la capacdrone-8-palité d’être commandé à distance ou d’effectuer un vol autonome, sans pilote à l’intérieur pour le contrôler.Habituellement, le drone est contrôlé manuellement par Radio Control (RC) au décollage et à l’atterrissage, et commuté en mode autonome guidé par GPS seulement à une altitude de sécurité.

 

 

 

 

La réglementation en vigueur :

Cette réglementation est en rigueur pour une période probatoire de dix-huit mois au terme de laquelle un premier bilan sera établi. La réglementation pourra éventuellement évoluer en fonction de la situation et des constats réalisés.

  • Les constructeurs doivent obtenir de la DGAC une attestation de conception de type, qui précise notamment la catégorie de l’aéronef (de A à G), la nature de l’activité envisagée, et le scénario de mission (S1 à S4).
  • Les opérateurs doivent figurer sur une liste établie par la DGAC qui mentionne notamment la nature de l’activité, le scénario de mission (S1 à S4), le constructeur et le modèle d’aéronef utilisé.
  • Les télépilotes doivent avoir obtenu une certification officielle (formation théorique) et disposer d’une DNC (Déclaration de Niveau de Compétence).
  • Les autorisations de vol passent par le dépôt préalable auprès de la DSAC (Préfectures) du Manuel d’Activité Particulière (MAP).

Les catégories d’aéronefs télépilotés :

  • catégorie A : aéromodèles motorisés ou non de masse maximale au décollage inférieure à 25 kilogrammes, ou, pour les aéronefs à gaz inerte, de masse totale (masse structurale et charge emportée) inférieure à 25 kg.
  • catégorie B : tout aéromodèle ne respectant pas les caractéristiques de la catégorie A. Le ministre chargé de l’aviation civile impose des exigences de navigabilité et de pilotage uniquement pour les aéronefs de catégorie B. En effet, le postulant à une autorisation de vol d’un aéromodèle de catégorie B soumet au ministre chargé de l’aviation civile le dossier technique de son aéromodèle.
  • catégorie C : les aéronefs télépilotés captifs qui ne sont pas des aéromodèles, de masse maximale au décollage inférieure à 150 kg.
  • catégorie D : les aéronefs télépilotés qui ne sont pas des aéromodèles, motorisés ou non, non captifs, de masse maximale au décollage inférieure à 2 kilogrammes, ou, pour les aéronefs à gaz inerte, de masse totale (masse structurale et charge emportée) inférieure à 2 kg.
  • catégorie E : les aéronefs télépilotés qui ne sont pas des aéromodèles, qui ne sont pas de catégorie C ou D, motorisés ou non, de masse maximale au décollage inférieure à 25 kilogrammes ou pour les aéronefs télépilotés à gaz inerte de masse totale (masse structurale et charge emportée) inférieure à 25 kg.
  • catégorie F : les aéronefs télépilotés qui ne sont pas des aéromodèles, de masse maximale au décollage inférieure à 150 kg ne respectant pas les caractéristiques de la catégorie C, D ou E.
  • : les aéronefs télépilotés qui ne sont pas des aéromodèles, et qui ne correspondent pas aux critères des catégories C à F.

Différents types de pilotages :

  • Le pilotage à vue – aéronef à moins de 100m du télépilote, vue directe sur l’aéronef
  • Le pilotage hors vue – plus de 100m du télépilote, guidage par retour vidéo
  • Le vol automatique – vol selon des paramètres pré-définis

La Direction Générale de l’Aviation Civile a également décrit et segmenté différents scénarii de vol tels qu’il suit :

  • Scénario S1 : opération en vue directe du télépilote se déroulant hors zone peuplée, à une distance horizontale maximale de 100 mètres du télépilote.
  • Scénario S2 : opération se déroulant hors vue directe, hors zone peuplée, dans un volume de dimension horizontale maximale de rayon d’un kilomètre et de hauteur inférieure à 50 m du sol et des obstacles artificiels, sans aucune personne au sol dans cette zone d’évolution.
  • Scénario S3 : opération se déroulant en agglomération ou à proximité de personnes ou d’animaux, en vue directe et à une distance horizontale maximale de 100m du télépilote.
  • Scénario S4 : activité particulière (relevés, photographies, observations et surveillances aériennes) hors vue directe, hors zone peuplée et ne répondant pas aux critères du scénario S2.

Lien vers les Documents officiels :

– Texte officiel de l’arrêté DGAC du 12 avril 2012 relatif à à la conception des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord. Bulletin officiel en date du 10 mai 2012.

– Texte officiel de l’arrêté DGAC du 12 avril 2012 relatif à l’utilisation de l’espace aérien par les aéronefs qui circulent sans personne à bord. Bulletin officiel en date du 10 mai 2012.

CE QU’IL ME FAUT EN TANT QUE FUTUR DRONISTE ?

ÉTAPE 1 : PRÉPARATION AU CERTIFICAT THÉORIQUE ULM/DRONEhexacopter-113477_1280

Une bonne préparation afin de mettre toutes les chances de son coté !

Lire et s’entrainer avec le livre  « 400 questions Pilotes ULM & drones Avec réponses commentées »
au édition cepadues qui permet de véritablement se préparer à l’examen.

ÉTAPE 2 : PRÉPARATION ET FORMATION AU TÉLÉ PILOTAGE DE DRONE

Cours et formation à prendre dans un centre agréé au télé pilotage de drone et qui se déroule en règle générale comme ceci :

– Formation théorique

– Formation et Pilotage de drone (hexacoptères, octocoptère) en simulation informatique puis en réel le plus souvent dans un hangar ou local adéquat.

– Formation techniques (Montage,démontage,entretien de drones)

– Programmation du matériel radio, plan de vol, scénarios.

– Vols en condition réel et Prises de vues aériennes

hexacopter-Photogrammetrie-dronela Formation diverge selon le scénario choisi, plusieurs  sont possible en fonction de ce que vous voulez faire par la suite.
Scénario S1 : Pilotage de drone en vue directe du télé pilote se déroulant hors zone peuplée, à une distance horizontale maximale de 100 mètres du télé pilote.
Scénario S2 : Pilotage de drone hors vue directe, hors zone peuplée, altitude maximale d’un kilomètre et hauteur inférieure à 50 m du sol et des obstacles artificiels, sans aucune personne au sol dans cette zone d’évolution.
Scénario S3 : Pilotage de drone se déroulant en agglomération zone peuplé, en vue directe et à une distance horizontale maximale de 100m du télé pilote.
Scénario S4 : Pilotage de drone particulier ( photogrammétrie, observations et surveillances aériennes,météorologique,relevés topographique) hors vue directe, hors zone peuplée et ne répondant pas aux critères du scénario S2.

 

ÉTAPE 3: PASSER LES EXAMENS

–  Examen d’aptitude au pilotage (s1,s2,s3,s4) à passer dans votre centre de formation, DNC (Déclaration de Niveau de Compétence)

–  Examen théorique ULM à passer au centre de DGAC de votre région

 

Lien vers les Décrets et arrêtés du Ministère de l’écologie, du développement durable des transports et du logement concernant le vol de drone et aéronef sans pilote.

ÉTAPE 4 : S’ÉQUIPER

 

drone-dijii

1) Un avion RC, ou un multicopter (quadcopter / Hexacopter / tricopter, etc.).Vous pouvez les acheter prêt à voler ou si vous voulez vous pouvez construire votre propre drone.
2) Un pilote automatique*, comme Pixhawk ou APM (optionnel)
3) Une « charge utile » utile, par exemple un équipement de caméra vidéo et de transmission vidéo numérique ( optionnel )

*PILOTE AUTOMATIQUE ?

Il en existe plusieurs mais la communauté DIY Drones a créé les premiers «pilotes automatiques universelles» de la planète, ArduPilot Mega (APM) et sa prochaine génération le grand frère, Pixhawk.Ils combinent les propriétés électroniques sophistiqués du pilotage automatique IMU avec le logiciel de pilotage automatique gratuit qui peut transformer n’ importe quel véhicule RC en un UAV entièrement autonome.

Une installation complète se compose de :

  • Pilote automatique: appareils électroniques.
  • Logiciel de planification : logiciel qui vous permet de gérer et de planifier les missions APM, en plus d’être une station au sol puissante pendant les vols (vous aide à analyser les journaux de mission après.)
  • Logiciel de pilote automatique

ÉTAPE 5 : VOLER

– Figurer sur une liste établie par la DGAC qui mentionne notamment la nature de l’activité, le scénario de mission (S1 à S4), le constructeur et le modèle d’aéronef utilisé.

– Dépôt préalable d’une autorisations de vol auprès de la DSAC (Préfectures) du Manuel d’Activité Particulière (MAP).

– Prendre la télécommande et GAAAAZZZZZZZZZZ….

 

Règles d’usage d’un Drone de loisir

Les Amateurs de drones sont des particuliers non-militaires et n’ont pas de but commerciaux. Ils volent généralement de manière «récréatives» pour le loisir et respectent le règlements de la DGAC sur les drones ( infographie ci-dessous),  les pilotes amateur doivent contrôler leurs aéronefs dans des limites strictes d’altitude et de distance défini.

 

dgac-regle-legislation

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *